There was an error in this gadget

9.29.2009

Buh Bye Status Quo

Post Carbon Newsletter - September 2009

Last week, U.S. President Barack Obama had an opportunity to demonstrate bold leadership at the world's highest-level summit on climate change. Obama's stated commitment for the US to finally engage with the rest of the world in tackling the climate crisis was laudable. Unfortunately, his words belied a true understanding of the challenges we really face.

Obama spoke of ending subsidies for the fossil fuel industry, but then embraced "clean coal" technology—a boondoggle that will only make us more dependent on the most damaging of all fossil fuels. Worse still was his continued promotion of the fundamentally broken paradigm of unending growth: "Our goal is simple: a global economy in which growth is sustained, and opportunity is available to all." Until Obama and other world leaders see the correlation between unrelenting growth and crises like climate change and energy depletion, we'll be left with empty rhetoric and false solutions.

Full newsletter here

9.28.2009

Entrevue avec Robert Hirsch


Robert Hirsch est un spécialiste des questions énergétiques ayant travaillé pour l’État et le secteur privé. En 2005, c’est lui qui est à l’origine de l’étude sur le pic pétrolier du DOE (Department of Energy) des États-Unis.

Il est ici interviewé par Steve Andrew de l’ASPO.


Question : Quelles ont été vos principaux domaines d’activité au cours de votre carrière dans le secteur de l’énergie ?

Hirsch : J’ai débuté dans l’énergie nucléaire. Puis j’ai fait de la recherche sur la fusion [nucléaire], et dirigé le programme gouvernemental en la matière. J’ai passé beaucoup de temps sur les énergies renouvelables, y compris la gestion du programme fédéral des énergies renouvelables. De là, je me suis dirigé vers l’industrie pétrolière, où j’ai dirigé la recherche à long terme sur le raffinage puis les carburants synthétiques. Plus tard, j’ai dirigé la recherche et le développement sur l’exploration et la production du pétrole et du gaz. Puis ensuite, je suis passé dans le secteur de l’énergie électrique – tous les aspects de l’énergie électrique. Et puis j’ai mené des études sur l’énergie, dont plusieurs années pour la Rand, SAIC, et maintenant MISI. En dehors de cette carrière professionnelle j’ai collaboré avec les Académies Nationales [des Sciences] dans le domaine des études sur l’énergie depuis 1979 et j’ai travaillé sur pratiquement tous les aspects de l’énergie avec ces académies, que ce soit en tant que participant ou en tant que président du comité de leur conseil sur l’énergie et les systèmes environnementaux.

Question : Quand avez-vous entendu parler du problème du pic pétrolier ?

Hirsch : J’ai pris connaissance du pic pétrolier après ma sortie de l’industrie pétrolière, car on n’en parlait pratiquement pas lorsque j’y étais. Au début des années 2000, j’avais fait une étude pour le Département de l’Energie (DOE) traitant de la planification à long terme des recherches et du développement dans le secteur énergétique. Le pic pétrolier était l’un des six axes que j’avais défini. Auparavant, je n’avais jamais vraiment réfléchi sur ce sujet. C’est une sorte de bébé « goudron » ; une fois que vous mettez la main dessus, vous ne pouvez plus vous en détacher… Lorsque la production pétrolière déclinera, cela sera un enjeu déterminant pour l’humanité. Je suis donc impliqué depuis six ou sept ans dans l’analyse du pic pétrolier et des moyens de l’atténuer.

Article complet ici


9.14.2009

Inconvenient Truth on Coal

The Zero Growth Mind



As published on the OilDrum.com

We often think that we have a problem of scarcity of resources. It is not so: scarcity is not absolute. Whether we have enough of something or not depends on our perception of what we need. And, because we seem to think that we never have enough, we tend to use what we have faster than it can be replaced. It is the phenomenon called "overexploitation" or "overshoot". It is the main problem that we are facing and it is all because of the way the human mind works. Just as beauty is in the eye of the beholder, overexploitation is all in the brain of the exploiter.

Nate Hagens has argued several times in "The Oil Drum" that the human mind is geared for growth (see, for instance here ). Apparently, we act on the basis of a series of neurotransmitters (e.g. dopamine) that make us search for continuously renewed stimulation. This way of functioning of the human mind is what generates our tendency of "discounting the future", that is of giving a lower value to the future than to the present. This rapidly declining discount function is the key of the mechanism of overexploitation.

Full article here