There was an error in this gadget

5.25.2009

Toronto council passes plan to narrow Jarvis in favour of bike lanes

Globe & Mail - May 25, 2009

Over the objections of the mayor's critics who claim he is waging a “war on the car,” Toronto city council approved a controversial plan to narrow Jarvis Street, a five-lane downtown artery, in order to install bike lanes and plant trees.

Council voted 28-16 on Monday to officially file with the provincial government an environmental study on narrowing Jarvis, after Mayor David Miller came out swinging in favour of the plan.

The mayor used his powers to put the $6-million plan first on city council's agenda as the session got under way Monday morning. His opening speech earned applause from about 100 cyclists in the council chamber – many wearing their bike helmets – who were at city hall this morning for the launch of the city's bike month.


Read full article here

5.16.2009

A maverick's message on oil


Jeff Rubin says prices are going nowhere but up, and life as we know it will change forever

Toronto Star May 16, 2009

At some point, the message that Jeff Rubin wanted to give began to diverge from the message he was expected to deliver as CIBC's chief economist.

You could see it in his research reports over the past 18 months – talk about the urgent need for energy conservation, the inevitability of carbon pricing, oil at $225 (U.S.) a barrel by 2012, and how the high cost of transportation as a result of peak oil will throw the machinery of globalization into reverse.

Read full article


5.14.2009

Une "ferme verticale" à Vancouver

Source: Novae.ca

La Ville de Vancouver a retenu un projet architectural de "ferme verticale" dans le cadre d'un concours visant à repenser son développement urbain. Le concours Form Shift invitait designers, urbanistes et autres architectes à soumettre des projets offrant une approche du développement urbain qui intègre pleinement les principes de développement durable.

Parmi les 84 soumissions reçues, l'une des distinctions est allée à la "ferme verticale" du cabinet d'architectes Romses, de Vancouver. Intitulé Harvest Green Tower, ce projet s'inscrit dans la lignée d'un concept architectural en plein essor, soit la ferme verticale : des tours qui permettent la culture de fruits et légumes, en milieu urbain.

Ici le concept est poussé plus loin, puisqu'il prévoit également des espaces consacrés à la pisciculture et à l'élevage de poulets. L'édifice sera en outre alimenté en énergies renouvelables (géothermie, solaire et éolienne) et en sera même un producteur grâce au méthane généré par les aires de compostage. Une citerne de récupération des eaux de pluie permettra quant à elle d'assurer l'approvisionnement en eau nécessaire pour les différentes cultures pratiquées dans l'édifice.

Ce projet, et plusieurs autres également sélectionnés par le jury, fera partie d'une séries d'expositions et de débats publics qui serviront de point de départ à une réflexion en profondeur quant au futur architectural de Vancouver.

5.13.2009

When ‘Local’ Makes It Big

NY Times May 12, 2009

WHEN Jessica Prentice, a food writer in the San Francisco Bay area, invented the term “locavore,” she didn’t have Lay’s potato chips in mind.

But never mind. On Tuesday, five potato farmers rang the bell of the New York Stock Exchange, kicking off a marketing campaign that is trying to position the nation’s best-selling brand of potato chips as local food.

Five different ads will highlight farmers who grow some of the two billion pounds of starchy chipping potatoes the Frito-Lay company uses each year. One is Steve Singleton, who tends 800 acres in Hastings, Fla.

Article

5.06.2009

Une "masse critique" envahira Moncton

5 mai 2009
Par: Patrick Lacelle
patrick.lacelle@capacadie.com


MONCTON – Masse critique (Critical Mass) est un évènement cycliste qui se déroule simultanément dans plus de 300 villes dans le Monde. Moncton devrait avoir sa masse critique à la fin du mois.

Masse critique est un genre de fête du vélo où les cyclistes prennent d’assaut les rues d’une municipalité en y circulant en groupe. Le rassemblement n’a aucun but précis est et il n’y pas d’instigateur précis également. Il en va de la cause et de l’initiative des citoyens. Habituellement, le rassemblement se déroule le dernier vendredi de chaque mois.
À Moncton, Masse critique servirait à promouvoir le transport actif tout en demandant à la Ville un meilleur réseau de pistes cyclables afin qu’il soit plus facile de se rendre en vélo au travail, effectuer des randonnées en famille ou même faire ses emplettes, et ce, en toute sécurité.

Quoiqu’il n’y ait pas d’organisateur, plusieurs membres de Moncton post carbone comptent y participer. Michel Desjardins en est un de ceux qui monteront sur leur vélo le 29 mai.

« Le but c’est de faire une promenade en bicyclette en compagnie d’une masse critique de cyclistes afin de faire passer le message que nous sommes là et que nous voulons notre place », explique M. Desjardins soulignant qu’il faut faire bouger les choses dans la région du Grand Moncton en ce qui concerne le transport actif.

Masse critique est déjà une activité populaire dans plusieurs grandes villes européennes et américaines. Ici, ça sera du nouveau. Toutefois, celui qui déplore le piètre système de pistes cyclables de la Ville de Moncton croit que les automobilistes de la municipalité vont apprendre rapidement de quoi il s’agit.

« Ici, ils vont l’apprendre parce qu’on va prendre le contrôle des rues où on va passer. C’est aussi simple que ça », s’exclame-t-il.

À la Ville de Moncton, on a également le désir de promouvoir le transport actif qui comprend le déplacement à vélo. Il y a d’ailleurs un plan qui a été conçu en 2006 afin d’établir un meilleur réseau de pistes cyclables dans la région. Cependant, quand la Ville a tenté d’implanter ce plan en commençant par la rue Shédiac, un bon nombre de citoyens s’y sont opposés ayant peur des répercussions sur la circulation dans la région. Depuis ce temps, la Ville de Moncton fait la promotion du partage de la route entre cyclistes et automobilistes.

« Le concept de partager la route, c’est un concept qu’on veut promouvoir pour que les automobilistes et les cyclistes le comprennent bien. Il y a des pistes cyclables et il y a un plan pour ça. Pour l’instant c’est de partager la route. On a eu une expérience il y a quelques années avec la rue Shédiac où il y avait un groupe de citoyen qui n’aimait pas notre désire d’établir une piste cyclable », souligne le directeur des communications de la Ville de Moncton, Paul Thompson.

Actuellement, une chaîne de courriels initiée par des membres de Moncton post carbone demande aux cyclistes et aux gens qui le désire d’envoyer un message aux conseillers de la municipalité afin d’exprimer leur désire d’avoir un meilleur réseau de pistes cyclables. C’est la chose à faire selon M. Thompson.

« S’il y a des gens qui désirent plus de pistes cyclables dans la municipalité, ces gens doivent en faire la demande à la Ville de Moncton et particulièrement aux conseillères et aux conseillers », affirme le directeur des communications ajoutant qu’il ne s’agit que d’une première étape.

Les gens qui veulent participer à la Masse critique devront se rencontrer le dernier vendredi du mois de mai devant l’Hôtel de Ville à Moncton. CapAcadie vous fera part des détails lorsqu’ils seront disponibles.