There was an error in this gadget

7.23.2009

Abeilles urbaines et miel de béton

Le Devoir - Édition du 4 & 5 juillet 2009 (Isabelle Paré)

Certains jours de la semaine, Mélanie Coates troque ces talons aiguilles d'attachée de presse de l'hôtel Royal York de Toronto pour enfiler sa coiffe métallique d'apicultrice afin d'aller rendre visite à des milliers de petites butineuses.

Pas besoin d'aller très loin pour rendre visite à ses nouvelles protégées. Au plus fort de l'été, près de 100 000 abeilles bourdonnent au coeur des gratte-ciel, sur le toit du célèbre hôtel Royal York de Toronto, dans l'une des quatre suites royales nichées au 14e étage.

Depuis l'an dernier, le Royal York, qui abrite un vaste jardin d'herbes et un petit potager sur son toit, a décidé de se convertir aux joies de l'apiculture urbaine. «Notre chef voyait des tonnes d'insectes et d'abeilles butiner ses plantes, même en plein centre-ville. Il s'est dit: pourquoi ne pas avoir nos propres ruches et produire notre propre miel?», raconte Mélanie Coates.

Ces abeilles urbaines, qui vont butiner jusque dans les îles de Toronto, sur les penthouses et les parcs environnants, ont produit pas moins de 160 kilos de miel à la fin de l'été dernier. Cette année, on prévoit en tirer 450 kilos. De quoi répondre à 70 % des besoins annuels en miel des cuisines du Royal York. Appelé «Rooftop Honey», ce miel de «béton», qui a remporté quelques prix, est maintenant servi avec l'assiette de fromage aux clients de l'hôtel. «Non seulement les abeilles ont survécu à l'hiver, probablement grâce à la chaleur du bâtiment, mais nous avons ajouté trois nouvelles reines cet été, ce qui accroîtra la production», ajoute Mélanie, qui se fait depuis apicultrice à temps partiel.

Article complet ici

www.urbanbees.co.uk

No comments: