There was an error in this gadget

5.06.2011

Quatre idées pour économiser 60% du pétrole au Québec

Source : La Presse 5 mai 2011


Le Québec doit entreprendre un virage radical dans sa façon de construire ses villes et banlieues, sans quoi, il n'a aucune chance d'atteindre ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES).

C'est ce qu'affirment Équiterre et Vivre en Ville dans un rapport étoffé sur l'aménagement et le transport de personnes dévoilé aujourd'hui.

Les organismes proposent d'agir sur quatre variables afin de réduire de 60% la consommation de pétrole au Québec. Et la solution n'est pas l'auto électrique. C'est de réduire le nombre de kilomètres parcourus par toutes les automobiles.

« Il faut avoir accès plus rapidement à l'autobus qu'à la bretelle d'autoroute, a résumé Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville. Il faut un virage majeur en aménagement du territoire. Désormais, on ne doit plus toucher à la zone agricole. »

Pour cela, il faudra limiter les dépenses routières aux travaux d'entretien et investir le reste en transport collectif. « Le réseau autoroutier du Québec est à maturité », dit M. Savard.

Selon Alexandre Turgeon, président de Vivre en Ville, il y a largement assez de terrains déjà zonés pour la construction résidentielle dans la région de Montréal pour accommoder toute la demande de nouveaux logements.

« Il reste 20 000 hectares en zone blanche dans la région, dit-il. C'est assez pour 1 millions d'unités alors que les besoins sont de 300 000. »

Il cite des projets comme celui des terrains de l'ancien hippodrome Blue Bonnets comme un exemple des projets denses et bien desservis par les transports en commun qu'il faut multiplier à toutes les échelles.

Selon M. Turgeon, le projet de Plan métropolitain d'aménagement et de développement, dévoilé la semaine dernière par la Communauté métropolitaine de Montréal et mal accueilli par les villes de la couronne Nord, ne va pas assez loin. « La CMM veut que 40% du développement soit desservi par le transport en commun, dit-il. Ça veut dire qu'on accepte que 60% sera dépendant de l'automobile? Et c'est comme ça qu'on va atteindre notre objectif de réduire de 20% nos émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020? »

L'autre mesure la plus efficace est d'imposer aux automobiles des normes de consommation plus sévères, semblables à celles en vigueur en Europe et en Chine. Avec 5% d'automobiles électriques et une rééquilibrer à 25%/75% le ratio autos/camions légers.

Les propositions d'Équiterre et de Vivre en Ville arrivent à une semaine d'une consultation parlementaire sur la réforme de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme.

No comments: